Pourquoi ne pas tenter de qualifier un second bateau sur 1000 m à Rio ?

2e des piges nationales à Mantes-la-Jolie, Romain Beugnet pourrait légitimement tenter de décrocher un quota olympique en C2 à Duisbourg... Encore faudrait-il qu'un bateau soit aligné.- Photo © PVC

2e des piges nationales à Mantes-la-Jolie, Romain Beugnet pourrait légitimement tenter de décrocher un quota olympique en C2 à Duisbourg… Encore faudrait-il qu’un bateau soit aligné.- Photo © PVC

La sélection d’Adrien Bart sur le canoë monoplace 1000 m aux Jeux olympiques est évidemment une excellente nouvelle pour son club, celui de l’ASL Saint-Laurent-Blangy… Mais cela ne satisfait pas complètement son président Olivier Bayle qui aimerait voir la France tenter d’obtenir un billet supplémentaire en canoë biplace lors du prochain repêchage continental  à Duisbourg.

En remportant le week-end dernier  à Mantes-la-Jolie, la pige nationale, Adrien Bart a condamné le Boulonnais Matthieu Goubel qui avait obtenu le quota sur la base des résultats des championnats du monde à Milan l’été dernier.  « Pour la fédération internationale, explique Olivier Bayle, Matthieu Goubel ne peut pas courir le repêchage, parce qu’il est déjà qualifié via le quota ». Certains verront là une incongruité, voire une injustice, mais c’est ainsi. Pour autant rien n’interdit à la France d’aligner un canoë biplace, sans Goubel. Adrien Bart pourrait parfaitement être dans ce bateau, avec son camarade de club Romain Beugnet par exemple, 2e des sélections nationales, les deux garçons ayant accessoirement l’habitude de courir ensemble. Mais il est très difficile de doubler sur 1000 m et surtout d’être performant.  Adrien Bart concentrera donc toute son énergie sur le monoplace. Compte tenu de ce choix légitime, Olivier Bayle préconise de lancer dans le grand bain deux jeunes qui n’ont rien à perdre…  En toute logique Romain Beugnet, un gaucher et Pierrick Martin, un droitier, tous deux de Saint-Laurent, qui pourraient ainsi défendre leurs chances à Duisbourg ; pourquoi pas ouvrir un nouveau quota en cas de bon résultat mais surtout engranger de l’expérience au plus haut niveau. Sauf que la DTN ne l’entend pas de cette oreille et a décidé de ne pas présenter de C2 du tout. Incompréhensible pour Olivier Bayle pour qui la DTN « joue petits bras encore une fois », après avoir choisi de ne pas aligner de K4 lors des championnats du monde à Milan. « Quels sont les bienfaits de cette politique » interroge le président immercurien qui a décidé de déposer un recours. Reste qu’on ne prépare pas un équipage en quelques jours et certainement pas seulement sur la base de résultats individuels, règle qui prévaut pour l’instant en France. Ce que dénonce aussi Olivier Bayle, parce qu’un bon équipage c’est aussi une question de feeling entre les équipiers.
Si le recours du président de Saint-Laurent-Blangy est rejeté, la France n’aura que deux candidats à la qualification continentale à Duisbourg, le kayakiste auxerrois Cyrille Carré et un autre sociétaire de Saint-Laurent, Thomas Simart qui espère décrocher un billet en canoë monoplace, sur 200 m cette fois.

Publicités

Publié le mai 11, 2016, dans Canoë-kayak. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :