Archives Mensuelles: juin 2016

Championnat d’Europe de canoë-kayak : trois finales et de belles perspectives pour les Immercuriens

Pour Romain Beugnet, ces championnats d'Europe sont riches d'enseignements en vue de l'Olympiade de 2020.- Photo © PVC

Pour Romain Beugnet, ces championnats d’Europe sont riches d’enseignements en vue de l’Olympiade de 2020.- Photo © PVC

Ce week-end avaient lieu à Moscou, les championnats d’Europe de canoë-kayak. Belle satisfaction pour l’ASL Saint-Laurent-Blangy qui était représentée par Pierrick Bayle, Thomas Simart, Romain Beugnet et Loic Léonard.

Après une 5e place en Coupe du monde début juin et ses trois podiums lors des mondiaux universitaires mi-juin, Pierrick Bayle poursuit son aventure. À 23 ans, il est maintenant double finaliste européen puisque le kayak à quatre places de l’équipe de France a bousculé la hiérarchie européenne. Pierrick se souviendra de sa journée de sa journée de vendredi consacrée aux séries des 1000 et 500 m où le bateau français prenait par deux fois la 5e place. Cela avant d’élever son niveau lors des demi-finales pour accéder par deux fois à la finale, d’abord en remportant la demi-finale du 500 m puis en allant chercher une demi-heure plus tard la dernière place qualificative sur 1000 m. L’objectif initial était donc dépassé.
Une sacrée performance mais encore fallait-il, physiquement et mentalement, trouver les ressources pour bien figurer. Ce que les Français ont fait avec la 8e place sur le 1000 m et la 6e sur le 500 m (à 76 centièmes de seconde du podium). Quand on sait que l’épreuve du K4 homme sera sur 500 m aux J.O. de Tokyo en 2020 cela ouvre des perspectives pour les Français. En tout cas quelle saison pour Pierrick qui disputera encore en juillet les championnats d’Europe et du monde U23.

Thomas Simart dans le 200 m le plus rapide de l’histoire
On savait que les chronos allaient s’affoler à deux mois des Jeux olympiques et sur le réputé bassin olympique de Moscou ce fut le cas. En réalisant un très bon temps (40s 80) Thomas Simart prenait samedi la 3e place des qualifications et entrait directement en finale. Et quelle finale puisque Thomas, même en rehaussant son niveau (40 s 44), devait se contenter hier dimanche de la 8e place finale.

Rendez-vous avec l’avenir pour Loïc Léonard et Romain Beugnet

Pour les deux autres membres de l’ASL sélectionnés, l’accès à la finale n’était pas si loin, notamment pour Loic Léonard qui, à 20 ans, a réussi ses premiers championnats d’Europe seniors. 5e en série du 500 m, il a pris tous les risques et sa 4e place en demi-finale, à 50 centièmes de l’Allemand qui le prive de l’accès en finale, est encourageante. Cette 10e place au classement général va lui servir, comme pour Pierrick, en vue des échéances U23 de juillet.
Enfin pour Romain Beugnet, cette épreuve moscovite est une expérience de plus. Sa 14e place générale lui permet de tirer des enseignements importants en vue de l’olympiade à venir, et notamment sur la gestion du 1000 m qui est l’ équivalent du 1500 m en athlétisme. Sachant qu’aux Jeux de Tokyo sur le 1000 m seuls les C1 et C2 seront au programme .

Bilan satisfaisant
Avec trois places de finalistes et deux places dans le top 15, ces championnats d’ Europe auront permis d’étalonner les Immercuriens qui vont donc poursuivre leur saison, avec les U23 tricolores pour Pierrick et Loïc, tout en préparant les championnats de France de Libourne. Pour Thomas, l’attente reste de mise pour un éventuel repêchage olympique. Le 10 juillet on sera fixé.

Quatre Immercuriens dans l’œil de Moscou

L'équipe de France sur la place Rouge... avant de rejoindre le bassin de compétition demain matin. Photo DR

L’équipe de France sur la place Rouge… avant de rejoindre le bassin de compétition demain matin. Photo DR

L’équipe de France de France de canoë-kayak en ligne est arrivée à Moscou où s’ouvrent demain les championnats d’Europe. Pour l’heure le groupe essaie de prendre un peu de bon temps, en faisant du tourisme notamment, histoire de ne pas subir la pression et ressentir une ambiance qui risque d’être très pesante sur le bord du bassin.

En effet, la décision de la Fédération internationale d’athlétisme d’interdire aux athlètes russes le droit de participer aux prochains Jeux olympiques, pour cause de dopage organisé, a une onde de choc qui dépasse largement l’athlétisme et sème le doute dans beaucoup d’autres sports. On attend d’ailleurs à ce sujet des annonces du CIO.
Le canoë-kayak est évidemment concerné d’autant que bizarrement l’on n’a pas encore beaucoup vu les Russes cette année et que des Biélorusses se sont fait pincer et encourent des sanctions sévères… Au passage cela pourrait faire les affaires de Thomas Simart, en attente d’un quota synonyme d’une qualification pour Rio, à valider pour le 10 juillet, l’extrême limite d’inscription pour tous les athlètes étant fixée au 18.
Mais on en n’en est pas encore là et ces championnats d’Europe « iront très vite » puisque des pays ont choisi d’attendre cette compétition pour livrer les noms de leurs représentants à Rio. Ce qui n’est pas le cas de la France qui a pris le parti de préserver ses Olympiques, dont l’Immercurien Adrien Bart et le Boulonnais Maxime Beaumont, en préparation dans le sud de la France et de n’aligner que des athlètes qui n’ont pas de billet en poche pour les Jeux.
Pour les tricolores présents en Russie, l’objectif est clairement de s’inscrire dans une démarche qui pourrait les conduire aux Jeux de Tokyo en 2020 où le programme sera sensiblement modifié par rapport à celui de Rio, avec l’arrivée programmée des féminines… On sait déjà que le 200 m masculin devrait disparaître et que le K4 1000 m passera sur 500 m. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le K4 500 m revient au programme des ces championnats d’Europe 2016. L’immercurien Pierrick Bayle sera de la partie, sur 500 m, et sur 1 000 m, en compagnie des expérimentés Vincent Lecrubier et Guillaume Burger qui ont connu les joies des podiums mondiaux et de son jeune partenaire habituel Guillaume Le Floch. 5e de la dernière manche de coupe du monde, ce bateau a les moyens de faire un bon coup… Mais attention sur 500 m il n’y aura pas de période de réglage. L’accès à la finale (samedi matin) est direct. À suivre donc, comme les trois autres sociétaires de Saint-Laurent-Blangy qui sont du voyage, tous céistes : Thomas Simart sur le 200 m ; Loïc Léonard sur le 500 m et Romain Beugnet sur le 1000 m.- Philippe VINCENT-CHAISSAC

Le programme pour les athlètes de Saint-Laurent
C1 hommes 200 m : séries et ½ finales, samedi après ; finale dimanche après-midi.
C1 hommes 500 m : séries et ½ finales vendredi après-midi, finales dimanche matin.
C1 hommes 1000 m : séries vendredi matin, ½ finales vendredi après-midi.
K4 hommes 500 m : finale directe, samedi matin.
K4 hommes 1000 m : séries vendredi après-midi, ½ finale vendredi après-midi, finale dimanche fin de matinée.

Najeti Open Golf : deuxième succès pour Lima

José-Filipe Lima remporte le Najeti Open pour la 2e fois.- Photo © PVC

José-Filipe Lima remporte le Najeti Open pour la 2e fois.- Photo © PVC

Après trois tours perturbés par les orages et la pluie, le vent a finalement balayé les nuages et c’est par une belle journée ensoleillée que s’est disputé le 4e tour décisif du 20e Najeti Open Golf de Saint-Omer. Avec à la clef, la victoire d’un des plus sympathiques joueurs du circuit, le Franco-Portugais de Saint Nom-la-Bretèche José-Filipe Lima.

Un vingtième anniversaire, cela s’arrose et l’on peut dire que ce Najeti Open l’a été. Ce qui a donné bien du travail à toute l’équipe des jardiniers qui a réalisé des prouesses et demandé beaucoup de patience aux 130 commissaires pour qui ce dimanche sous le soleil, était une forme de récompense. Durant cette dernière journée, quatre joueurs se sont livrés à une lutte acharnée pour successivement prendre la tête du leader board au cours des 18 trous : Duncan Stewart, l’Écossais, en tête samedi soir ; Thomas Détry, le jeune Belge ; José-Filipe Lima, le Portugais déjà vainqueur de l’épreuve et Alessandro Tadini, l’Italien. Jusqu’au 17e trou de l’avant-dernière partie, l’incertitude a régné et finalement c’est donc José-Filipe Lima qui s’imposait, douze ans après avoir signé un premier succès sur le parcours du Val de Lumbres, aussi beau qu’il est difficile à jouer. Au moment de la remise des prix, José-Filipe Lima était tout à la fois heureux et ému au moment où le président de l’Open, Jean-Jacques Durand, lui remettait le trophée en présence du président de la Fédération française de golf, Jean-Lou Charon.
Lima, tout jeune papa de 35 ans, signait là le 4e succès de sa carrière sur le Challenge Tour… D’autant plus méritoire qu’il a travaillé dur après avoir connu des problèmes de dos : « J’ai passé des moments très difficiles mais aujourd’hui j’étais dans le swing, j’ai joué agressif et ça a payé ; je remercie Dieu », déclarait-il après avoir scellé la victoire qui lui permet de faire un bond dans le classement du Challenge Tour passant de la 110e place à la 10e, grâce à son gain de 32 000 €.
À la seconde place, comme en 2004 derrière Lima, l’on retrouve l’Italien Alessandro Tadini, auteur du meilleur score de la journée jour 67 (-4), en tête du leader board après 11 trous. Mais deux bogeys successifs aux trous 12 et 13 lui ont coûté la victoire,  terminant à deux coups de Lima, ex-aequo avec le jeune Belge de 23 ans Thomas Detry. En voilà un qui promet car pour son 2e tournoi professionnel (6e au KPMG Trophy la semaine dernière), il aurait très bien pu l’emporter sans quelques erreurs qu’il ne manquera pas de corriger : Je n’ai pas réussi à me rapprocher suffisamment des trous pour avoir plus de chance de birdie » analyse-t-il de façon très lucide.
Le meilleur Français, un deuxième joueur de Saint-Nom-la-Bretèche, Victor Riu qui termine à la 6e place à -5. Riu a fait preuve d’une belle régularité tout au long du tournoi avec seulement 6 bogeys en 4 tours, mais il se sent un peu frustré : « J’espérais mieux. Je pensais pouvoir tirer mon épingle du jeu. Mais le bilan est satisfaisant car j’ai eu un début de saison difficile ». Quant à Matthieu Pavon, il a pris la tête de l’Ordre du mérite du Challenge Tour grâce aux gains liés à sa 7e place Saint-Omer. Son compatriote Romain Langasque, lui, avec sa 17e place (à égalité avec trois autres concurrents) au Najeti Open, reste 4e. Enfin à noter que le régional Mathieu Decotignies-Lafon est 21e.
Reste maintenant à préparer la 21e édition qui devrait se disputer en présence de José-Filipe Lima qui aime décidément beaucoup le parcours (2 fois premier mais aussi une fois deuxième) et qui a promis de tout faire pour être là. Ce qui bien entendu fait plaisir au président Durand, toujours désireux de faire vivre et de faire connaître le parcours de Saint-Omer où il entend bien organiser une nouvelle compétition de handigolf après avoir accueilli l’Open de France par trois fois.- Philippe VINCENT-CHAISSAC

Plus d’images : cliquez ici.

Résumé vidéo.

Qualification olympique pour Alexandra Tavernier

Alexandra Tavernier a obtenu ce qu'elle était venu chercher : la qualification olympique.- Photo © PVC

Alexandra Tavernier a obtenu ce qu’elle était venu chercher : la qualification olympique.- Photo © PVC

Il était dit que certains engagés au meeting de l’Artois organisé vendredi soir à Bruay-la-Buissière, venaient là pour tenter de réaliser les minima leur permettant de pouvoir participer aux prochains Jeux olympiques.

Cela n’était pas des histoires pour alanguir les spectateurs mais bien une réalité. La preuve : dès le début de la compétition, Alexandra Tavernier (Annecy) remportait le concours du lancer de marteau avec un jet à 72,16 m qui l’envoyait effectivement tout droit à Rio.
Secrètement, certains espéraient certainement voir le local Gaëtan Bucki connaître la même réussite. Mais le sociétaire d’Artois athlétisme n’était visiblement pas dans un grand jour. Il a certes remporté le concours haut la main mais avec un jet à 19,07 m bien deçà des 20,50 m requis pour faire le voyage.
Lui était déjà qualifié pour les Jeux depuis  le récent meeting d’Amiens : le Marocain Brahim Kaazouzi, grandissime favori du 1500 m, qu’il a remporté assez facilement devant l’Algérien Lyes Belkir, au terme d’une dernière ligne droite qui concrétisait sa supériorité.
Parmi les autres résultats, il y avait encore quelques belles perfs à relever comme celle du Thaïlandais Jirapong Meenapra, vainqueur du 100 m en 10’’42. Les Thaïlandais étaient d’ailleurs nombreux dans les épreuves du sprint, chez les hommes comme chez les filles où elles ne se sont toutefois pas imposées, battues sur le 200 m par la Congolaise Marcelle Bouelle-Bondo qui a réalisé un chrono de 23’’88.
Autre épreuve attendue celle du 400 m haies féminin avec Maeva Contion (Nogent-sur-Oise) qui a remporté l’épreuve dans un temps plus que respectable (56’’66) suffisant pour disputer les championnats d’Europe mais pas les Jeux olympiques, le minima étant de 55’’98. L’on mentionnera  encore quelques autres succès : sur le 400 m de Djenebou Dante (Mali) en 53’’04 et Crève-Armand Machala (Mozambique) en 47’’41 ; sur le 800 m d’Omar Jammeh (Gambie) en 1’52’’83 ; à la longueur de Mamadou Gueye (Sénégal) avec 7,51 m. Côté régional, les succès sont venus de Coralie Arcuby (Amiens), 1,73 m à la hauteur ; Lenny Meerschaert (Liévin), 1,93 m à la hauteur ; Sandrine Mezen (Lille), 50,33 m au javelot.- Philippe VINCENT-CHAISSAC

Plus d’images : cliquez ici

Le Najeti Open Golf perturbé par la pluie : fin du 2e tour ce matin

Pavan-1

L’Italien Pavan occupe ce matin la première place du leaderboard.- Photo © Alexis Orloff

Le second tour du Najeti Open Golf de Saint-Omer est décidément perturbé par la pluie. Hier, après 2 heures de retard le matin, seulement trois parties avaient effectivement débuté à partir de 9h30. Et quarante minutes plus tard, le directeur du tournoi annonçait une suspension du jeu qui, prolongée trois fois, ne reprendra finalement qu’à 15h. Conséquence, seule la moitié du champ des joueurs a pu terminer son second tour, l’autre moitié termine ce samedi matin, à partir de 8h.
Le 3e tour débutera dans l’après-midi après la proclamation du Cut en fin de matinée. Les 60 meilleurs joueurs et ex-aequo seront qualifiés pour les deux derniers tours. Hier quelques belles performances sont néanmoins à souligner. Celle de l’Italien Andrea Pavan qui a rendu une très belle carte de 66 (-5) pour un total de 9 coups en dessous du Par et qui a pris la tête du leader board. Pour lui cette journée aura été «une très belle journée ». Il a joué quelques bons coups avec un très beau birdie au 17.
Le comportement du Français Matthieu Pavon est également à souligner : 4e du classement provisoire avec le score de 69 (-2) pour un total à -5. « Il a fallu prendre son mal en patience, expliquait-il hier, c’était très long. Après l’interruption de jeu, le vent s’est levé et le parcours était plus dur. Je suis très content, je me suis bien entrainé, je me sens bien, je suis confiant pour les jours à venir ».

Le résumé en vidéo

Le N°15 de Sport 62 est sorti

img059Le n°15 de Sport 62, magazine édité par le Comité départemental olympique et sportif du Pas-de-Calais, est sorti. Au sommaire de ce numéro très sport nature, un enjeu sportif et économique qui valait bien un dossier, l’on retrouvera du canoë-kayak avec le portrait d’Adrien Bart, sélectionné pour les Jeux de Rio et la découverte d’une discipline trop méconnue avec la pêche en bord de mer.
Au fil des pages : des articles et photos sur le sport et le handicap (tennis de table, pétanque, golf), sur la voile et un portfolio consacré aux championnats de gym aérobic qui ont eu lieu à Longuenesse. Le News Of est l’occasion d’avoir quelques nouvelles de Théodule Toulotte et l’Interco d’apprendre ce qui se passe du côté de Berck. Enfin un In Memoriam rappelle la récente disparition d’un monsieur qui a beaucoup fait pour le hockey sur gazon et le mouvement olympique : Pierre Belmer.

Le Français Riu en tête de l’Open golf de Saint-Omer

Victor Riu partage la tête du tournoi avec Daniel Gaunt et Duncan Stewart.- Photo © Alexis Orloff

Victor Riu partage la tête du tournoi avec Daniel Gaunt et Duncan Stewart.- Photo © Alexis Orloff

156 joueurs dont 38 français ont pris le départ hier matin du 1er Tour du Najeti Open Golf. Après une matinée plutôt ensoleillée, un violent orage est venu perturber le tournoi à 15h30. Les 19 mm d’eau tombée en 15 minutes ont littéralement inondé le parcours. Le directeur du tournoi a bien évidemment suspendu le jeu, cela pendant trois heures, le temps pour l’équipe des jardiniers de pomper l’eau dans plus de la moitié des bunkers et surtout de racler le green du 18, les 17 autres greens et l’ensemble des fairways ayant finalement très bien absorbé. Le jeu a donc pu reprendre à 18h30 mais il restait 15 trous à jouer pour les dernières parties.
En tête du tournoi l’on retrouvait ce matin un trio composé de Daniel Gaunt (Australie), Duncan Stewart (Écosse) et Victor Riu (France) avec le score de 65 (-6). Riu se disait hier très satisfait de sa partie « deux birdies et un eagle au 9 sur l’aller puis 2 birdies au retour ; je me sens très bien dans le grand jeu, je vais continuer à jouer de la même manière ». L’Écossais, lui, a rendu une avec 3 birdies à l’aller et 3 birdies au retour. Quant à l’Australien qui est arrivé mercredi soir et n’a pas eu le temps de reconnaître le parcours, il était visiblement content de lui. Mais il ne partait pas totalement dans l’inconnu puisqu’il en est à sa 8e participation : 10e en 2013 et 12e en 2015.
Derrière ce trio à un coup de retard, l’on retrouve le Portugais José-Filipe Lima qui, lui aussi connaît le parcours où il s’est imposé en 2004. À noter enfin que le « régional de l’étape », Mathieu Decottignies-Lafon, de Bondues, est 8e avec le score de 68 (-3), à égalité avec huit autres concurrents, dont un autre Français, Matthieu Pavon.

Le résumé de la journée en vidéo.

 

Vingtième anniversaire pour l’Open Golf de Saint-Omer

Déjà vainqueur de quatre épreuves du Challenge Tour, l'Italien Tadini n'a pas encore gagné cette année... Il sera à suivre.- Photo Archives © PVC/2014

Déjà vainqueur de quatre épreuves du Challenge Tour, l’Italien Tadini n’a pas encore gagné cette année… Il sera à suivre.- Photo Archives © PVC/2014

Pour fêter son 20e anniversaire, le Najeti Open Golf a le plaisir d’accueillir une délégation de 31 joueurs français dont les deux grands espoirs Matthieu Pavon et Romain Langasque respectivement 2e et 4e à l’ordre du mérite du Challenge Tour. 156 joueurs représentants 27 nations différentes sont inscrits ce qui en fait le deuxième tournoi français derrière l’Open de France.
Le Najeti Open débute ce jeudi 16, le dernier tour ayant lieu dimanche. Il est doté de 200.000 € dont 32.000 € remis au vainqueur.
En cette année particulière pour lui, le club de Saint-Omer a ouvert un nouveau village ouvert à tous, dans le but de contribuer encore davantange à la démocratisation du golf. Des animations y sont proposées pour les non-golfeurs à partir de 6 ans comme le Rugby Golf et un circuit pour VTT ou Trottitrail. Un écran géant a même dressé pour y suivre les matchs de Euro 2016.

Basket : Le Portel jouera la saison prochaine en Pro A

Toute la joie de Jessie Begarin au coup de sifflet final.- Photo © PVC

Toute la joie de Jessie Begarin au coup de sifflet final.- Photo © PVC

Le Portel jouera la saison prochaine en Pro A. Vendredi soir, en finale retour des play-offs, après avoir sorti Bourg-en-Bresse et Fos-sur-Mer, l’ESSM s’est en effet nettement imposée (67-52) contre Évreux, confirmant ainsi magistralement son succès (92-83) en terre normande trois jours plus tôt… Rien à redire, c’est amplement mérité pour cette équipe, ce club, qui connaît depuis deux saisons des moments exceptionnels… Souvenons-nous l’an dernier de la finale de la Coupe de France que Le Portel s’offrait en éliminant Limoges en ½ finale, dans la petite salle Giraux-Sannier, à Saint-Martin-Boulogne.
Que de chemin parcouru en quelques mois ! Voilà donc maintenant les Verts et Blancs parmi l’élite nationale… Cela promet de sacrés moments à vivre dans le tout nouveau chaudron portellois qui porte vraiment bien son nom, avec son public chaud bouillant… Semble-t-il l’un des meilleurs de France.
Dans cette toute dernière rencontre de la saison, Le Portel n’a laissé aucune chance à son adversaire, lui assénant un véritable coup de massue dans le premier quart temps : 20-4. Le 2e était équilibré (17-16 pour Évreux) mais le 3e permettait encore aux verts et blancs de creuser l’écart (14-8)… Il ne restait plus alors qu’à gérer la 4e et dernière période, à l’avantage d’Évreux (23-17), histoire de minimiser sa défaite qui ne faisait plus aucun doute depuis longtemps. Côté portellois, le rôle de Jakkim Donaldson (20 points, 9 rebonds) a été déterminant mais c’est bien l’ensemble de l’équipe qui a réalisé une grosse performance, notamment au rebond défensif avec Donaldson (6), Myles McKay et Mohamed Kone (5 chacun).
La présence du Portel en Pro A pour la saison prochaine permet au basket du Pas-de-Calais de rester au plus haut niveau car après Boulogne l’an dernier, ce sont les filles d’Arras et de Calais qui étaient en ligue féminine de connaître les affres de la relégation.- Philippe VINCENT-CHAISSAC

Canoë féminin : Julie Cailleretz et Anais Cattelet ambitieuses

Julie Cailleretz et Anais Cattelet.- Photo © PVC

Julie Cailleretz et Anais Cattelet.- Photo © PVC

Julie Cailleretz et Anais Cattelet sont montées sur la 3e marche du podium de la Women Cup en C2 200 m mais la première évidence au sortir de la 5e édition de cette compétition organisée ce week-end à Boulogne-sur-Mer, est que la discipline est véritablement mondiale… Cela n’a l’air de rien, mais c’est absolument nécessaire pour enraciner le canoë féminin au programme des Jeux olympiques. Introduit en 2020, il doit d’ici là continuer à progresser, partout dans le monde.

Sur la Liane, pas moins de trente nations étaient là avec une forte présence asiatique (Inde, Japon, Vietnam, Kyrgistan, Kazakstan, Uzbekistan, Iran, Macao, Thailand, Singapour, Chine) et des pays d’Amérique du Sud comme le Chili ou l’Équateur qui n’ont rien de faire-valoir. Dans ce contexte très international, l’on attendait la Canadienne, championne du monde, Laurence Vincent-Lapointe, qui a répondu présente sur sa distance fétiche du 200 m où elle s’est imposée devant la Britannique Katie Ried et l’Equatorienne Anggie Avegno, une figure qui monte. Cette dernière a en effet été omniprésente durant tout le week-end car c’est elle qui s’est imposée sur le 500 m, devant Laurence Vincent-Lapointe et sur le C2 200 m avec Lisette Espinoza, tout en prenant la 3e place (avec Mia Friend) du C2 500 m remporté par les Vietnamiennes Nguyen / Troung. Tout cela laisse penser que la hiérarchie mondiale est loin d’être établie et que les quelques nations phares du canoë-kayak, comme la Hongrie par exemple qui était absente de la compétition, devront continuer à travailler si elles ne veulent pas se laisser déborder.
Dans ce contexte très international, il était intéressant de voir le comportement de l’équipe de France qui était composée de huit filles dont six de Saint-Laurent-Blangy. Première évidence, il en est une qui promet : Eugénie Dorange, du club d’Auxerre. Chez les juniors, elle a remporté les deux finales du C1, sur 200 m et 500 m. Autre satisfaction : la médaille de bronze des filles de Saint-Laurent-Blangy, sur la distance du 200 m. Ce résultat laisse entrevoir de réels espoirs pour les prochains championnats d’Europe U23 auxquels elles participeront. Pour elles qui ont plus l’habitude de courir sur 500 m (elles se sont d’ailleurs classées 5e sur cette distance), l’objectif de cette Women Cup était justement de prendre des repères avant de se rendre à Plovdiv (Bulgarie) où individuellement elles courront le 500 m pour Julie et le 200 m pour Anais. Autre association qui promet pour l’avenir, celle d’une autre Immercurienne, Elise Lancial, avec l’Auxerroise Eugénie Dorange… Encore juniors, elles se sont hissées dans les deux finales A de la compétition seniors : 7e sur 500 m, 8e sur 200 m. Que du positif donc pour ces filles qui regardent en direction de Tokyo mais qui voient aussi les jeunes pousses progresser. Pour le trio des cadettes de Saint-Laurent (Claire Billau, Flore Caupain et Clémence Leblanc), la Women Cup a été l’occasion, dans un contexte relevé, de prendre de l’expérience et de constituer un véritable collectif dont fait partie la Franc-Comtoise Lilou Ségura.