Élie Regost revient en forme : il dispute un X-Terra à Namur ce samedi

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille. Élie Regost en a fait l’expérience. Lui qui était aux portes du professionnalisme, il y a quelques années, a passé un moment derrière le rideau et revient aujourd’hui sur le devant de la scène avec de vraies ambitions.

Élie Regost a touché à plusieurs sports en étant gamin, le football comme beaucoup, le cross country et quelques autres, mais c’est le VTT qui a su le séduire, une discipline découverte au collège Saint-Bertulphe à Fruges. Au point qu’il a très vite intégré la Section sport du collège en question. Sous la coupe de Fred Dewispelaere, il a remporté quelques courses scolaires qui l’ont boosté. « Ce qui m’a plu dans le VTT, dit-il, c’est le contact avec la nature, la concentration obligée et le fait d’être seul contre soi même ».
Arrivé au lycée, licencié à l’AC Bourthes, Élie Regost se tourne davantage vers le cyclisme, la route et le cyclo-cross, où il se fait vite remarquer… Au point de rejoindre le club de Douai qui, à l’époque, était encore un club de DN1. « Cela m’a permis de faire de très belles courses », dit-il… Gand-Ypres, la Flèche ardennaise, le Paris-Roubaix espoirs où une crevaison au mauvais moment l’a empêché de se mêler à la bagarre finale. « J’ai fait d’énormes sacrifices, mais pour ne rien gagner », lâche alors Élie Regost. Lui qui rêvait de devenir professionnel revoit ses ambitions à la baisse, part à Cambrai pour courir en 1re catégorie tout en disputant les épreuves de cyclo-cross où il brille régulièrement. 3e du championnat régional derrière Jaurégui et Gadret en 2012, il portera même le maillot de l’équipe de France espoir lors d’une épreuve de coupe du monde à Liévin. « Le bûcheron » comme on le surnomme, fait alors admirer sa générosité dans l’effort.
Malheureusement, il est  rattrapé par ce qu’il appelle « une crise de jeunesse ». Pendant trois ans, il ne fait plus de sport alors même qu’il a besoin de l’adrénaline qu’il procure. Son retour à la compétition est chaotique car il connait d’autres soucis, mais aujourd’hui la roue semble enfin tourner dans le bon sens. Il y a quelques semaines, alors qu’il n’avait pour ainsi dire pas roulé depuis des mois, il était dans la bonne échappée du Grand prix du faubourg de Burbure… Mais pour lui, l’important n’est pas là : « J’ai retrouvé le plaisir de faire du sport », dit-il. Et le vélo seul n’a plus forcément sa priorité. Élie Regost retrouve ses sensations de gamin, lorsqu’il faisait du VTT du côté de Fruges et y ajoute du trail et de la natation pour s’adonner au triathlon nature où il peut s’exprimer totalement, sauf peut-être en natation où il doit apprendre à glisser sur l’eau. Ce samedi (11 juin), il sera même à Namur pour une compétition internationale où il veut se jauger avant de s’engager au championnat d’Europe X-Terra, en Suisse, le 25 juin. Objectif pour lui : décrocher l’un des 35 billets pour les championnats du monde qui auront lieu en octobre à Hawaï.- Philippe VINCENT-CHAISSAC

Nom : Regost
Prénom : Élie
le 31 août 1990 à Cucq
Domicilié à Créquy
Disciplines : cyclisme, cyclocross et triathlon
Clubs : RLCP Lapugnoy et Triathlon de Liévin

Publicités

Publié le juin 9, 2016, dans Cyclisme, Triathlon / Duathlon. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :