Archives Mensuelles: août 2016

David Marty, vainqueur du Grand prix de France Imba de Motocross

De mémoire de dirigeant, jamais un pilote français de de motocross n’était monté sur la plus haute d’un podium du championnat d’Europe Imba qui concerne une dizaine de fédérations nationales. La victoire de David Marty, ce dimanche, à Wingles, dans le Grand prix de France, est donc un événement qu’il faut prendre à sa juste de valeur. Le pilote, licencié à Catillon, dans le Nord, mais qui habite Enguinegatte, près de Thérouanne, a réalisé un coup de maître sur le circuit du Moto club des Étangs. Troisième de la première manche, vainqueur de la 2e et quatrième de la 3e, il a fait preuve d’une formidable régularité dans cette manche européenne. Rien de très étonnant cependant, dans la mesure où il avait déjà terminé 4e en Allemagne la semaine précédente. Ce résultat est d’autant plus intéressant que dans ce championnat européen qui rassemble des équipes nationales amateurs, l’équipe de France est composée de pilotes affiliés à des clubs de l’Ufolep. David Marty est d’ailleurs le champion national 2016, titre qu’il a remporté lors du Trophée national qui s’est déroulé le 14 août dernier dans la Creuse.

Publicités

L’équipe de France olympique est de retour

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’était l’effervescence ce midi à l’aéroport de Roissy – Charles-de-Gaulle avec le retour d’une bonne partie de l’équipe de France olympique. Pendant près de deux heures, le temps de récupérer les bagages et les matériels, ce fut un long défilé d’athlètes, de celles et ceux qui rentrent une médaille autour du cou, et les autres qui se sentent sans doute parfois un peu seuls. Pour les accueillir de nombreux journalistes et photographes qui n’étaient pas à Rio, tout heureux de pouvoir saisir quelques émotions, les familles et les amis venus applaudir leurs champions. Si un long cordon de sécurité avait été mis en place, rien n’empêchait cependant les échanges entre les sportifs et les spectateurs qui les sollicitaient pour une poignée de mains, un selfie, un autographe. Les plus en vue : Teddy Riner, le géant ; Tony Yoka et Estelle Mossely, le couple en or… Mais le plus attendu a sans doute été Maxime Beaumont, le kayakiste boulonnais, médaillé d’argent qui, faute de pouvoir récupérer rapidement ses bagages a été l’un des derniers (avec les handballeurs et les perchistes) à pouvoir retrouver les siens qui patientaient depuis trois heures. Maxime a sans doute été aussi l’un des plus heureux lorsqu’il a pu enfin se jeter dans les bras de ses proches… Au point d’avoir finalement beaucoup de mal à poursuivre son chemin imposé par le protocole, voulant absolument profiter de cet instant magique.
Autres athlètes venus faire un petit coucou bien sympathique du côté des nordistes : le boxeur Mathieu Bauderlique, avec sa médaille de bronze, et le céiste Thomas Simart, tout sourire bien qu’il n’ait pas remporté de breloque.

Vice-champion olympique, Maxime Beaumont peut être fier de lui

Au Boulogne canoë kayak, les supporters exultent.- Photo © PVC

Au Boulogne canoë kayak, les supporters exultent.- Photo © PVC

Maxime Beaumont est vice-champion olympique de kayak. Cette après-midi à Rio, il est allé chercher la médaille d’argent sur l’épreuve du K1 200 (monoplace sur 200 m), derrière le Britannique Liam Heath et devant les Espagnol et Allemand, Saul Craviotto et Ronald Rauhe qui se partagent la médaille de bronze. À chaud, le Boulonnais ne cachait pas qu’il était déçu de ne pas avoir remporté l’or, d’autant qu’il a été en tête. « Je voulais entendre La Marseillaise » déclarait-il à notre confrère Thierry Adam. Mais à Boulogne-sur-Mer, tous ses supporters exultaient car chacun sait ce que représente cette médaille olympique, quatre ans après la désillusion de Londres où il avait terminé au pied du podium. Et puis, sans le vouloir, Maxime Beaumont a écrit une page de l’histoire de l’Olympisme français, car cette médaille est la 41e remportée à Rio par l’équipe de France qui bat ainsi le record qu’elle avait établi à Pékin, en 2008. C’est aussi la 3e médaille pour le Pas-de-Calais après le bronze des Héninois Jérémy Cadot (escrime) et Matthieu Bauderlique (boxe).
Tout juste descendu de son bateau, encore avec son âme de guerrier, Maxime Beaumont ne mesure peut-être pas encore totalement l’importance que revêt cette « breloque », pour lui-même tout d’abord, pour son entourage, pour sa ville, pour son club (l’ami Didier Hoyer, double médaillé de bronze en 1984 et 1992, n’est plus seul) et pour sa discipline qui en avait besoin après les Jeux de Londres où les Français n’avaient pas réussi à décrocher un podium. Oui, vraiment, Maxime Beaumont a été la hauteur de l’enjeu, des enjeux même, et mentalement c’est aussi une sacrée victoire pour ce garçon ô combien attachant qui peut être fier de ce qu’il a fait. PHILIPPE VINCENT-CHAISSAC

Maxime Beaumont reste le grand favori du K1 200 m

Meilleur temps de sa série à égalité avec le Britannique Liane Heath ; 3e temps des demi-finales derrière ce même Liane Heath et l’Allemand Ronald Rauhe… Maitrisant ses courses de bout en bout, Maxime Beaumont s’est imposé deux fois, sans forcer, cette après-midi. Le Boulonnais a ainsi montré qu’il est bien au rendez-vous de ces Jeux olympiques où il fait clairement partie des favoris pour la médaille d’or du K1 200 m. Rendez-vous demain à 14 h 07… Maxime Beaumont sera idéalement placé : ligne d’eau 4 avec Heath d’un côté et Rauhe de l’autre.

Canoë-kayak : c’est fini pour Thomas Simart, reste le K1 pour Maxime Beaumont

A Rio, Maxime Beaumont doit maintenant tout miser sur le K1.- Photo © BCK

A Rio, Maxime Beaumont doit maintenant tout miser sur le K1.- Photo © BCK

« Que d’émotions ! Une finale de feu ! J’ai tout donné », dit Thomas Simart, le céiste de Saint-Laurent-Blangy, pas satisfait bien sûr de sa 8e place, hier, dans la finale du C1 200 m remportée par l’Ukrainien Juriy Cheban. Finale qui est allée vite, très vite, avec les cinq premiers en moins de 40 secondes. Mais l’Immercurien dit ne rien regretter de sa course et c’est très important pour ce garçon qui a appris très tardivement sa sélection. Le fait d’avoir pu enchaîner trois grosses courses en deux jours, réalisant son meilleur temps en finale, lui permet d’envisager l’avenir avec sérénité et de se projeter, comme son camarade de club Adrien Bart, dans la prochaine Olympiade qui pourrait les conduire à Tokyo.
Pour Maxime Beaumont, la donnée est un peu différente car à 30 ans, il vit sans doute ses derniers Jeux olympiques. 4e à Londres en 2012, il est arrivé à Rio avec le double projet du K1 et du K2 200 m. Dans les deux cas, la médaille était envisageable, mais hier l’équipage qu’il formait avec le Normand Sébastien Jouve est apparu en-deçà de ses possibilités. 7e d’une finale remportée par l’Espagne, l’on attendait mieux. Reste que Maxime a de la ressource. Libéré de cette course en équipage, il peut désormais complètement se recentrer sur lui-même et tout exploser dans l’épreuve individuelle. Son principal atout est son coup de pagaie mais il devra être complètement libéré et le plus fluide possible. Il sera en course aujourd’hui à 14h07 pour la 2e des trois séries, les demi-finales étant prévues à 15h07 et 15h14… Finale demain samedi.

Thomas Simart et Maxime Beaumont en finale; Nando de Colo éliminé

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En canoë-kayak, sur un 200 m, tout peut arriver une fois que l’on est en finale. Alors croise les doigts pour Thomas Simart et Maxime Beaumont. L’un et l’autre ont en effet obtenu le droit de disputer du C1 200 m pour l’un et du K2 200 m pour l’autre.

En remportant brillamment sa série, Thomas Simart s’était mis dans les meilleures conditions possibles avant d’aborder la demi-finale décisive. Le Céiste de Saint-Laurent-Blangy qui a, semble-t-il, retrouvé toute la fluidité qui faisait sa force il y a quelques années, terminait ensuite deuxième d’une demi-finale dominée par le Russe Kraitor. Mais cela s’est joué à peu de chose: un demi-coup de pagaie qui lui a permis de devancer le Moldave Tarnovschi qui passait à la trappe. Dans la foulée, Maxime Beaumont, le Boulonnais associé au Normand Sébastien Jouve, obtenait lui la qualification pour la finale en K2. Troisième en série, ce qui le privait d’un accès direct à la finale, le binôme a ensuite assuré en ½ finale, prenant une méritée 2e place, tout en préservant leurs forces. Finale du C1 200 m à 14h23. Finale du K2 200 m à 14h47.
Après les médailles de bronze pour Jérémy Cadot (fleuret par équipe) et Mathieu Bauderlique (boxe), l’on espère bien évidement que Thomas Simart et Maxime Beaumont (qui disputera également le K1 200 m – série demain à 14h07) pourront compléter ce tableau très positif pour les athlètes du Pas-de-Calais. Mais ce sont les derniers à pouvoir le faire puisque Nando de Colo et l’équipe de France de basket ont été sortis sans gloire par l’Espagne au stade des quarts de finale (92-67).

Bauderlique reste en bronze, top 10 pour Bart, entrée en compétition pour Simart et Beaumont

Thomas Simart dans le paddock à Rio... Prêt à en découdre.- Photo © ML / ASL

Thomas Simart dans le paddock à Rio… Prêt à en découdre.- Photo © ML / ASL

Mathieu Bauderlique, reste médaillé de bronze. Hier, le boxeur héninois n’a pas réussi à imposer sa boxe au Cubain Julio Cesar de la Cruz, maître dans l’art de l’esquive qui a refusé un combat dans lequel Bauderlique hésitait lui-même à s’engager. L’expérience du Cubain qui est le favori de la catégorie a parlé…
Côté canoë-kayak, contrat rempli pour Adrien Bart (Saint-Laurent-Blangy) qui a pris une très belle deuxième place dans la finale B du C1 1000 m. En tête aux 250 m, il est resté bord à bord avec Thomas Kaczor jusqu’aux 500 m. Ce dernier a alors pris un léger avantage sur l’Immercurien dont le coup de pagaie était beaucoup plus fluide que la veille. Cela lui a permis de maintenir la cadence, sans exploser. Résultat il termine deuxième de la course et surtout dans le très bon temps de 4’ 00’’ 91 qui lui aurait permis de terminer en 5e place de la finale A.
Place maintenant à Thomas Simart (Saint-Laurent-Blangy également) qui entre en compétition cette après-midi (14h23) sur le C1 200 m. Il sera dans le 2e série (couloir 5), aux côtés d’Isaquiaz Queroz (couloir 4) qui vise le titre. Un beau duel en perspective pour une entrée en matière qui sera suivie de trois demi-finales (de 15h40 à 16 h) où – pour le bien – il faudrait prendre l’une des deux premières places pour s’assurer une qualification en finale A. Thomas se sent prêt : Je veux réaliser des courses pleines avec le plus de relâchement possible.  Pas de crispations,  pas de pression ingérable,  pas d’énergie utilisée en vain.  Juste de la concentration sur ce que j’ai à faire », dit-il.
Cette après-midi également entrée du kayakiste Maxime Beaumont (Boulogne), qui débutera ses Jeux par le K2 200 m associé au Normand Sébastien Jouve.

Boulogne-Postdam : l’échange version canoë-kayak

Photo © BCK

Photo © BCK

Les Jeux olympiques mobilisent toute l’attention mais au-delà, dans les clubs, la vie continue. C’est le cas au Boulogne Canoë Kayak qui est représenté à Rio par Maxime Beaumont, et qui poursuit ses activités. Ainsi, l’accueil fin juillet, avec la venue du Kanu Club de Postdam, dans le cadre d’un échange qui existe et perdure depuis 25 ans.

Initié par les anciens animateurs Jean-Paul Gars du BCK et Mike Mülhlberg du KCP, tous deux décédés, il permet à des jeunes d’échanger sur leur terrain d’entraînement pendant une semaine. Depuis le temps, de nombreux sportifs y ont participé tels que Mathieu Goubel et Maxime Beaumont. Cette année, ils étaient 12 Allemands plus 2 accompagnateurs à pagayer sur la Liane du 24 au 31 juillet, appréciant le calme du bassin, les installations et les sites environnants. L’équipe était composée de 5 kayakistes et de 7 céistes dont 3 filles qui ont participé à la Women Canoë Cup, étape boulonnaise de la Coupe du monde féminine.
Le Club de Postdam possède de nombreux champions, notamment Max Lenke, tout récent champion du monde U23 à Minsk, en Biélorussie sur le K2 200m. On y trouve aussi Ronald Rauhe, futur adversaire de Maxime Beaumont à Rio sur le K1 200m !
Au mois d’octobre les jeunes du Boulogne Canoë Kayak iront en Allemagne, pour bénéficier de la « Sportschule » : un internat et un centre d´entrainement qui leur permettra aussi de s´entrainer dans des conditions idéales.

Jeux olympiques : finale B pour Bart, objectif finale pour Bauderlique, clap de fin pour Maréchal

Demi-finaliste hier, Adrien Bart revient sur le bassin de course aujourd'hui pour disputer la finale B.- Photo © ML / ASL

Demi-finaliste hier, Adrien Bart revient sur le bassin de course aujourd’hui pour disputer la finale B.- Photo © ML / ASL

Adrien Bart, le céiste de Saint-Laurent-Blangy, disputera cette après-midi (14h), la finale B de la compétition de canoë monoplace sur 1000°m. Hier, l’Immercurien n’a pu faire mieux qu’une 5e place en demi-finale à laquelle il avait accédé très logiquement, en prenant la 5e place de sa série. Mais la marche suivante était trop haute pour lui qui dispute là ses premiers Jeux olympiques, et sans avoir de grosse expérience internationale dans les courses monoplaces. Aujourd’hui, l’enjeu sera de prendre l’une des deux premières places de cette finale B, ce qui le mettrait dans le top 10 et le conforterait dans ses ambitions pour l’olympiade à venir.
Un peu plus tard dans l’après-midi (17h30), l’on suivra Mathieu Bauderlique dans le combat des demi-finales qui l’opposera à Julio Cesar de la Cruz, un Cubain qui s’annonce comme un adversaire redoutable. Techniquement, tactiquement et physiquement, le boxeur héninois déjà assuré de rentrer avec une médaille autour du cou, a les armes pour s’imposer. Reste à savoir comment les juges apprécieront le combat car cette nuit, l’on a encore vu des décisions pour le moins litigieuses.
En revanche, c’est terminé pour l’Harnésien Nicolas Maréchal qui ne verra pas les ¼ de finale, l’équipe de France de volley-ball ayant été battue cette nuit par le Brésil sur le score de trois sets à un.

Bauderlique apporte une deuxième médaille au Pas-de-Calais

Photo archive © PVC

Photo archive © PVC

Le boxeur Mathieu Bauderlique a apporté hier au Pas-de-Calais, une deuxième médaille après celle de Jérémy Cadot en escrime. Reste à savoir de quel métal elle sera faite. Bauderlique s’est en effet qualifié pour les demi-finales des mi-lourds et s’est assuré du bronze, aux dépends de l’Équatorien Carlos Mina, compté deux fois avant l’arrêt de l’arbitre dans la 3e reprise. D’évidence, l’Héninois est dans une excellente dynamique, sûr de sa boxe, et espère bien accéder à la finale. Pour cela, il devra se débarrasser du Cubain Julio Cesar La Cruz, vainqueur du Brésilien Michel Borges. Et cela ne sera pas une partie de plaisir.
En canoë-kayak, Adrien Bart entre aujourd’hui en compétition sur le C1 1000 m. L’Immercurien devrait passer sans problème le cap des séries avant de courir une demi-finale qui sera décisive. La clef de la réussite sera dans la gestion des courses sur un bassin où les effets d’eaux sont apparemment capricieux.
Côté sports collectifs, Nicolas Maréchal (volley-ball) et Nando de Colo (basket) ont connu la défaite contre les États-Unis. Pour l’équipe de France de volley-ball, la qualification pour les quarts de finale se jouera lors du dernier match de poule… contre le Brésil qui doit aussi s’imposer pour se qualifier. Ça promet !