Jeux olympiques, canoë-kayak : Beaumont, Bart et Simart sont à Rio

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les Jeux olympiques ouverts depuis le 5 août accueilleront les kayakistes et céistes en ligne à partir de lundi. Côté français l’on espère décrocher des médailles, aussi belles que celles que leurs collègues du slalom, à commencer par Maxime Beaumont, le kayakiste boulonnais, n°1 mondial, parmi les favoris des K1 et K2 200 m. Avec lui dans l’aventure, les deux sociétaires céistes de Saint-Laurent Blangy : Adrien Bart et Thomas Simart.

Après le stage terminal à Temple-sur-Lot, les membres de l’équipe de France de canoë-kayak en ligne ont eu droit de faire un dernier coucou à la famille et aux amis, mardi, avant de se retrouver hier mercredi, en deux vagues à Roissy : direction Rio.
Pour Maxime Beaumont, son passage à Boulogne-sur-Mer, a été l’occasion de prendre un grand bol d’énergie auprès des siens et de rencontrer ses amis, ses supporters. Et les journalistes qui n’ont pas le plaisir d’être à Rio. Maxime est apparu extrêmement détendu, content d’avoir pu rester au vert à Temple-sur-Lot, plutôt que d’être déjà dans la baie de Rio et l’ambiance des Jeux. « C’est une chance de ne pas avoir à vivre la cérémonie d’ouverture quand on est dans une logique de performance », dit-il. Reste qu’il est désormais impatient que cela commence, d’autant que les chronos qu’il a réalisés durant les derniers jours de stage, confirment son statut de favori. Mais l’homme n’est pas du genre à vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Pour lui, en mono, sur le 200 m, tout le monde peut entrer en finale et gagner… C’est peut-être un tout petit plus accessible pour le biplace où il fait équipe avec le Normand Sébastien Jouve. L’un et l’autre ont terminé au pied du podium à Londres et ensemble ils espèrent bien décrocher une médaille. Leurs résultats lors des épreuves de coupe du monde, les autorisent en tout cas à rêver. Pour Maxime Beaumont, être à Rio est dans la logique des choses… Il sait pouvoir compter sur son expérience des grands événements et il connaît déjà le bassin puisqu’il a participé au Test Event en 2015… Un bassin où les conditions de course seront similaires à celles rencontrées sur la Liane : du vent, des vagues et de l’eau salée.

Qualification tardive pour Thomas Simart
Un peu moins expérimentés que Maxime Beaumont, Adrien Bart et Thomas Simart sont aussi très logiquement du voyage. Mais au contraire de leur capitaine (celui de l’équipe olympique Pas-de-Calais) qui avait empoché deux quotas olympiques à Milan, lors des championnats du monde, la quête du précieux sésame a été longue pour ces deux garçons qui projetaient déjà d’être aux Jeux de Londres.
Aux yeux de certains, Thomas Simart, spécialiste du C1 200 m, faisait même à l’époque partie des favoris. Vice-champion du monde en 2010, c’était assez légitime sauf que la blessure l’a d’abord privé de ce rendez-vous pour lequel il se préparait consciencieusement et qu’elle l’a ensuite éloigné des bassins dans les mois qui ont suivi. Thomas n’a jamais renoncé mais en passant un peu à côté de ses championnats du monde à Milan, en 2015, il n’obtenait pas le précieux quota olympique qui lui aurait permis de se contenter ensuite de remporter les piges nationales pour obtenir son billet pour Rio… Des piges qu’il a très logiquement dominées avant de disputer au printemps un rattrapage continental à Duisbourg où il prenait la 3e place… La 1re qui ne soit pas qualificative… Une déception de plus mais pas une résignation car il pouvait escompter une redistribution de quotas qui est venue légitimement mais tardivement, au point qu’il n’y croyait plus.

Adrien Bart plus vite qualifié que prévu
Adrien Bart pouvait aussi escompter déjà être à Londres mais faute d’avoir pu se qualifier en C2, il avait dû se contenter d’une place anecdotique sur la liste des remplaçants et de vivre la compétition dans la tribune des spectateurs avec ses camarades de club. Lui aussi s’était promis de tout faire pour être à Rio et pour lui aussi, aligné sur en C2 1000 m, les championnats du monde de Milan n’ont pas répondu aux attentes. Pour se qualifier, il ne lui restait plus qu’une solution : remporter les piges nationales du 1000 m et aller à Duisbourg, pour prendre l’un des billets pour Rio. Un scénario qui l’obligeait à devancer Mathieu Goubel lors des piges et auquel il s’était préparé… Battre Goubel ne s’annonçait pas facile d’autant que le Boulonnais avait récupéré quelques jours plus tôt un quota rendu par l’Océanie après les championnats du monde. Mais il l’a fait se retrouvant finalement plus vite que prévu sur la liste des qualifiés.
Entrer en finale et ensuite viser la médaille
Pour Maxime Beaumont, l’objectif affiché est clairement celui de décrocher une médaille. Une pression supplémentaire qu’il doit savoir gérer car les attentes sont fortes. On peut lui faire confiance pour ça, car le garçon a la tête sur les épaules. Thomas Simart, sur le C1 200 m et Adrien Bart sur le C1 1000 m, viseront d’abord la finale. Une fois là tout sera possible, surtout sur le 200 m où un tout petit détail suffit à faire la différence dans un sens comme dans un autre. « Il faut prendre les choses une par une avec la volonté de mettre le feu », souligne le président de leur club Olivier Bayle. Il s’agira aussi d’engranger un maximum d’expérience pour l’avenir… En témoigne Marie Delattre (trois participations aux Jeux) qui aime à rappeler qu’elle n’aurait pas été médaillée à Pékin, si elle n’avait pas fait les Jeux d’Athènes où elle s’était classée 10e. Façon de dire que les deux garçons n’ont pas, quoi qu’il arrive à Rio, l’intention de s’arrêter là.- PHILIPPE VINCENT-CHAISSAC / VOTRE INFO

Jours et horaires de courses
– lundi 15 août, de 13h45 à 16h30, séries et demi-finales du C1 1000 m pour Adrien Bart
– mardi 16 août, de 13h45 à 15h30, finales A et B du C1 1000 m pour Adrien Bart
– mercredi 17 août, de 13h45 à 16 h, séries et demi-finales du C1 200 m pour Thomas Simart
– mercredi 17 août, de 15h30 à 16 h 10, séries et demi-finales du K2 200 m pour Maxime Beaumont
– jeudi 18 août, de 13h45 à 15 h 30, finales A et/ou B du C1 200 m pour Thomas Simart.
– jeudi 18 août, de 14h40 à 14 h 50, finales A et/ou B, du K2 200 m pour Maxime Beaumont
– vendredi 19 août, de 14 h à 15h15, séries et ½ finales du K1 200 m pour Maxime Beaumont
– dimanche 20 août, de 14h à 14h10, finales A et/ou B, du K1 200 m pour Maxime Beaumont.
Ces courses seront retransmises sur écran géant au club de canoë-kayak à la base nautique municipale de Saint-Laurent-Blangy et au centre de haut niveau à Boulogne-sur-Mer.

Publicités

Publié le août 11, 2016, dans Canoë-kayak. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :