Archives Mensuelles: août 2017

Corinne Diacre, à la tête de l’équipe de France à Calais

Corinne Diacre, capitaine de l’équipe de France, en 2003, contre l’Islande.- Photo © Philippe Vincent-Chaissac

Première joueuse à avoir franchi la barre des cent sélections en équipe de France de football (121 au total), Corinne Diacre retrouve officiellement la sélection tricolore ce vendredi 1er septembre, cette fois en temps que sélectionneur.

Originaire de Croix, dans le département du Nord, Corinne Diacre a donc porté le maillot de l’équipe de France (de 1993 à 2005), dont elle a été la capitaine, et avec laquelle elle a disputé une Coupe du monde et trois championnats d’Europe. Mettant un terme à sa carrière de joueuse (elle portait le maillot de Soyaux), elle entamait celle d’entraîneur aux côtés de Bruno Bini, alors sélectionneur des tricolores. Première femme à obtenir le Brevet d’entraîneur de football professionnel (BEPF), elle était ensuite aussi la première à diriger une équipe masculine professionnelle, celle de Clermont en Ligue 2.
Après l’élimination prématurée de l’équipe de France lors du dernier Euro (1/4 de finale), elle reprend donc les rênes de la sélection à la place d’Olivier Echouafni. Et l’on ne tardera pas à la voir dans le Pas-de-Calais puisqu’un match de l’équipe de France est programmé ce lundi 18 septembre, à Calais, contre l’Espagne, trois jours après un match contre le Chili à Caen.

Publicités

Championnats du monde de canoë-kayak : pas de médaille mais plein d’espoirs

Maxime Beaumont, déçu de son résultat.- Photo @ FFCK / J.-M. Hervio

Maxime Beaumont était la principale chance de médaille pour les clubs du Pas-de-Calais représentés au sein de l’équipe de France de canoë-kayak engagée aux championnats du monde. Espoir déçu.

Maxime Beaumont est entré « doucement » mais sûrement dans sa compétition en terminant 2e de la série du K1 200 m en 35″287 (à 0,044 secondes du premier) et 4e en K4 500m. Après une deuxième place en demi-finale sur le K1 200 m et sur K4 500m, il accédait aux finales A mais n’arrivait malheureusement pas à décrocher la médaille. En monoplace 200m, suite à un mauvais départ, il n’accrochait pas les vainqueurs et terminait à la 5e place d’une course remportée par l’actuel champion olympique, l’Anglais Liam Heath. Le Kayak 4 places 500 m terminait quant à lui à la 7e place. Maxime Beaumont se montrait plutôt déçu au terme de ces championnats où il visait évidemment la médaillée d’or. Mais il y a du positif notamment en K4 500 m avec un équipage en construction. Affaire à suivre !

SATISFACTION AFFICHÉE À SAINT-LAURENT-BLANGY
Pas de médaille non plus côté Saint-Laurent-Blangy où, en revanche, on se montre plutôt satisfait. Les cinq athlètes engagés ont connu la finale (3 finales A et 2 finales B) et surtout tous ont progressé au fil des courses, ce qui laisse penser que les performances obtenues peuvent être revues à la hausse pour 2018. Des pistes sont à explorer d’autant que tous ont pour eux l’avantage d’être parmi les plus jeunes des plateaux internationaux, le plus âgé étant Adrien Bart qui a 26 ans.
Adrien Bart (C1 1000 m et C2 1000 m), Anaïs Cattelet (C1 200 m), Pierrick Bayle (K2 200 m), Loïc Léonard (C2 1000 m), Julie Cailleretz (C2 500 m) ont trouvé en République tchèque les références dont ils avaient besoin pour progresser. Julie Cailleretz, 5e du C2 avec l’Auxerroise Eugénie Dorange, peut d’ores et déjà espérer une qualification olympique pour Tokyo, car l’équipage est encore tout jeune (vice-champion du monde espoir). Quant à Adrien Bart qui a surpris tout son monde en entrant deux fois en finale, après une saison, en demi-teinte, il a montré qu’il est tout à fait capable de faire mieux qu’à Rio où il s’était classé 9e deux. Quand on sait que Saint-Laurent peut aussi compter sur Thomas Simart qui relève de blessure et Romain Beugnet qui n’avait finalement pas été retenu pour Racice après les championnats d’Europe, l’on comprend que les dirigeants du club soient optimistes pour l’avenir. Même si, évidemment, la hiérarchie mondiale peut évoluer très vite. SR VOTRE INFO / PVC

Maxime Beaumont et cinq Immercuriens aux championnats du monde de canoë-kayak

Vice-champion olympique à Rio et actuel leader de la coupe du monde, Maxime Beaumont reste la meilleure chance de médaille pour le Pas-de-Calais.- Photo © PVC / Votre info

Cinq Immercuriens et un Boulonnais, sur les dix-huit athlètes que compte l’équipe de France de canoë-kayak en ligne, prendront part, de jeudi à dimanche (24 / 27 août), aux championnats du monde seniors disputés sur le bassin de Racice, ville située à une vingtaine de kilomètres de Prague.

Pour les filles du canoë, ces premiers mondiaux de la nouvelle olympiade, prennent une dimension toute particulière dans la mesure où le canoë dames (C1 200 m et C2 500 m) est inscrit au programme de Tokyo pour la première fois. Le collectif français s’appuie sur trois athlètes : l’Auxerroise Engénie Dorange et les deux Immercuriennes Julie Cailleretz et Anaïs Cattelet.

CATTELET ET CAILLERETZ SUR LES DISTANCES OLYMPIQUES
À Racice, Anaïs Cattelet est engagée sur le 200 m, suite logique après sa place de finaliste en coupe du monde de Belgrade (9e) et sa 10e place lors des championnats d’Europe à Plovdiv mi-juillet. Pour elle, l’objectif est tout d’abord de réaliser des courses pleines. La finale (dans les 9 premières) est son objectif mais se classer dans le top 12 mondial (soit 3e en finale B) serait déjà satisfaisant. Impressionnante sur le départ, Anaïs peut surprendre ses adversaires.
En biplace, sur 500 m, Eugénie Dorange et Julie Cailleretz voudront poursuivre en Tchéquie leur ascension dans la hiérarchie internationale. 4e en coupe du monde lors d’une première participation fin mai, les deux filles ont poursuivi aux championnats d’Europe (mi-juillet) en obtenant aussi la 4e place, derrière le « noyau dur » composé de la Hongrie, de la Biélorussie et de la Russie). Vice-championnes du monde U23 fin juillet derrière la Biélorussie et devant Cuba (médaille de bronze), elles espèrent entrer en finale où l’on devrait retrouver la Russie, la Chine, la Hongrie, le Canada, la Grande-Bretagne et l’Ouzbékistan, pays auxquels peuvent s’ajouter l’Espagne, l’Allemagne et la Roumanie en plus de la République tchèque et de l’Équateur… Sacré plateau ! Le plus dur sera sans doute d’entrer en finale car après, comme lors des Mondiaux U23, tout est possible. En tout cas, la conviction affichée par les deux Françaises en dit long sur leur ambition.

CANOË MASCULIN : BART ET LEONARD REFONT LEURS GAMMES
En canoë hommes, en l’absence du Boulonnais, Mathieu Goubel qui a pris sa retraite internationale, Adrien Bart et Loïc Léonard seront alignés en biplace sur le 1000 m, seule distance olympique à Tokyo, Adrien doublant en monoplace. Pour eux aussi, il s’agira de prendre place dans la hiérarchie mondiale et de peaufiner les stratégies de course. Le 1000 m ne se court pas comme un 200 m ou 500 m. Seul le 1000 m préparant au 1000 m, c’est l’occasion rêvée de refaire les gammes et d’enrichir l’expérience, notamment pour Adrien Bart, 9e en C1 à Rio, après une finale B très engagée et qui aimerait récidiver.

KAYAK : BAYLE VISE LA FINALE ET BEAUMONT LA MÉDAILLE
 En kayak, Pierrick Bayle, 4e en coupe du monde à Belgrade, sur le K2 500 m avec le Mantais Franck Le Moël et 10e sur le K2 200 m des championnats d’Europe (à 6 dixièmes de la finale A), retrouvera cette même distance du 200 m, avec pour objectif de progresser sur les départs en améliorant la fréquence et la gestuelle. Toujours associé à Franck Le Moël, il visera la finale (a minima le top 12). Toujours en kayak, Maxime Beaumont, vice champion olympique à Rio, et leader de la Coupe du monde, est a priori la meilleure chance de médaille. Il s’alignera aussi avec le K4 500 m.

PROGRAMME (POSSIBLE) POUR LES REPRÉSENTANTS DU PAS-DE-CALAIS

Mercredi 23 août
Cérémonie d’ouverture

Jeudi 24 août matin
Série du C2 dames 500 m pour Julie Cailleretz et Eugénie Dorange
Série du C1 hommes 1000 m pour Adrien Bart
Série du K2 hommes 200 m pour Pierrick Bayle et Franck Le Moël

Jeudi 24 août après-midi
½ finale du C2 dames 500 m pour Julie Cailleretzet Eugénie Dorange
½ finale du C1 hommes 1000 m pour Adrien Bart
½ finale du K2 hommes 200 m pour Pierrick Bayle et Franck Le Moël

Vendredi 25 août matin
Série du C2 hommes 1000 m pour Loïc Léonard et Adrien Bart
Série du C1 dames 200 m pour Anaïs Cattelet

Vendredi 25 août après-midi
Série du K1 200 m pour Maxime Beaumont

Samedi 26 août matin
Finale du C2 dames 500 m pour Julie Cailleretz et Eugénie Dorange 
Finale du C1 hommes 1000 m pour Adrien Bart
Finale du K2 hommes 200 m pour Pierrick Bayle et Franck Lambert

Samedi 26 août après-midi
½ finale du C2 hommes 1000 m pour Loïc Léonard et Adrien Bart
½ finale du C1 dames 200 m pour Anaïs Cattelet
½ finale du K1 hommes 200 m pour Maxime Beaumont
Série et ½ finale du K4 500 hommes 500 m pour Maxime Beaumont

Dimanche 27 août matin
Finale du K1 200 m pour Maxime Beaumont
Finale du C2 hommes 1000 m pour Loïc Léonard et Adrien Bart
Finale du C1 dames 200 m pour Anaïs Cattelet
Finale du K4 500 m pour Maxime Beaumont

Dimanche 27 août après-midi
Cérémonie de clôture