Frédéric Mackowiecki

Photo © Aston Martin Racing

Photo © Aston Martin Racing

Discipline : Super GT & endurance
le 22 novembre 1980 à Arras
Profession :
pilote professionnel
Domicilié
à Perpignan
Écurie actuelle :
Honda

À 32 ans, Frédéric Makowiecki a réalisé son rêve en devenant cette année pilote officiel Honda en Super GT… Tout en continuant à disputer le championnat du monde d’endurance sur Aston Martin. L’ancien pilote de karting a depuis longtemps appris à dompter les belles mécaniques : Porsche, Ferrari, Viper, McLaren avec des titres à la clé. En 2012, il a ainsi remporté une victoire à Bakou avec McLaren et obtenu un titre de vice-champion du monde d’endurance en GT1. « Cela fait plusieurs années que je me bats chaque week-end pour démontrer mes qualités… » Progression logique donc, mais : « être pilote usine, n’est pas une fin en soi, il faut y rester et prouver la confiance que l’on m’a témoignée ».
Au Japon, le Super GT qui s’apparente aux Prototypes, est une des compétitions phares : « ça va vite ! » Pour s’imposer et surtout confirmer, Fred Makowiecki sait qu’il aura fort à faire. Pour autant, il apprécie cette nouvelle culture qu’il découvre : « les gens sont adorables. C’est dépaysant, il y a une ambiance famille avec Honda, Nissan et Toyota qui s’affrontent ». Et puis il n’est jamais très longtemps sans rentrer en France : « Honda m’a laissé participer à des courses en Europe ». Entre France et Japon, l’ancien habitant de Beaurains a donc appris à jongler avec les fuseaux horaires : « le plus dur, c’est l’aller avec les 8 heures de décalage ». Dans quelques jours, Frédéric Makowiecki disputera ses troisièmes 24 heures du Mans (18e en 2012) dans le cadre du Championnat du monde d’endurance. C’est sur Aston Martin qu’il retrouvera la course sarthoise avec des ambitions affirmées : « On veut gagner les 24 heures du Mans pour le centenaire de la marque. C’est l’objectif mais on sait qu’il y aura de la concurrence avec les Corvette, Ferrari… On va vite voir où nous en sommes ». Début mai la voiture a fini deuxième aux 6 heures de Spa en Belgique : « C’était une bonne préparation mais il reste encore une marche à gravir ». La dernière, la plus belle ! – Stéphane Dendauw / Juin 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :