Championnats du monde de canoë-kayak : pas de médaille mais plein d’espoirs

Maxime Beaumont, déçu de son résultat.- Photo @ FFCK / J.-M. Hervio

Maxime Beaumont était la principale chance de médaille pour les clubs du Pas-de-Calais représentés au sein de l’équipe de France de canoë-kayak engagée aux championnats du monde. Espoir déçu.

Maxime Beaumont est entré « doucement » mais sûrement dans sa compétition en terminant 2e de la série du K1 200 m en 35″287 (à 0,044 secondes du premier) et 4e en K4 500m. Après une deuxième place en demi-finale sur le K1 200 m et sur K4 500m, il accédait aux finales A mais n’arrivait malheureusement pas à décrocher la médaille. En monoplace 200m, suite à un mauvais départ, il n’accrochait pas les vainqueurs et terminait à la 5e place d’une course remportée par l’actuel champion olympique, l’Anglais Liam Heath. Le Kayak 4 places 500 m terminait quant à lui à la 7e place. Maxime Beaumont se montrait plutôt déçu au terme de ces championnats où il visait évidemment la médaillée d’or. Mais il y a du positif notamment en K4 500 m avec un équipage en construction. Affaire à suivre !

SATISFACTION AFFICHÉE À SAINT-LAURENT-BLANGY
Pas de médaille non plus côté Saint-Laurent-Blangy où, en revanche, on se montre plutôt satisfait. Les cinq athlètes engagés ont connu la finale (3 finales A et 2 finales B) et surtout tous ont progressé au fil des courses, ce qui laisse penser que les performances obtenues peuvent être revues à la hausse pour 2018. Des pistes sont à explorer d’autant que tous ont pour eux l’avantage d’être parmi les plus jeunes des plateaux internationaux, le plus âgé étant Adrien Bart qui a 26 ans.
Adrien Bart (C1 1000 m et C2 1000 m), Anaïs Cattelet (C1 200 m), Pierrick Bayle (K2 200 m), Loïc Léonard (C2 1000 m), Julie Cailleretz (C2 500 m) ont trouvé en République tchèque les références dont ils avaient besoin pour progresser. Julie Cailleretz, 5e du C2 avec l’Auxerroise Eugénie Dorange, peut d’ores et déjà espérer une qualification olympique pour Tokyo, car l’équipage est encore tout jeune (vice-champion du monde espoir). Quant à Adrien Bart qui a surpris tout son monde en entrant deux fois en finale, après une saison, en demi-teinte, il a montré qu’il est tout à fait capable de faire mieux qu’à Rio où il s’était classé 9e deux. Quand on sait que Saint-Laurent peut aussi compter sur Thomas Simart qui relève de blessure et Romain Beugnet qui n’avait finalement pas été retenu pour Racice après les championnats d’Europe, l’on comprend que les dirigeants du club soient optimistes pour l’avenir. Même si, évidemment, la hiérarchie mondiale peut évoluer très vite. SR VOTRE INFO / PVC

Publicités

Maxime Beaumont et cinq Immercuriens aux championnats du monde de canoë-kayak

Vice-champion olympique à Rio et actuel leader de la coupe du monde, Maxime Beaumont reste la meilleure chance de médaille pour le Pas-de-Calais.- Photo © PVC / Votre info

Cinq Immercuriens et un Boulonnais, sur les dix-huit athlètes que compte l’équipe de France de canoë-kayak en ligne, prendront part, de jeudi à dimanche (24 / 27 août), aux championnats du monde seniors disputés sur le bassin de Racice, ville située à une vingtaine de kilomètres de Prague.

Pour les filles du canoë, ces premiers mondiaux de la nouvelle olympiade, prennent une dimension toute particulière dans la mesure où le canoë dames (C1 200 m et C2 500 m) est inscrit au programme de Tokyo pour la première fois. Le collectif français s’appuie sur trois athlètes : l’Auxerroise Engénie Dorange et les deux Immercuriennes Julie Cailleretz et Anaïs Cattelet.

CATTELET ET CAILLERETZ SUR LES DISTANCES OLYMPIQUES
À Racice, Anaïs Cattelet est engagée sur le 200 m, suite logique après sa place de finaliste en coupe du monde de Belgrade (9e) et sa 10e place lors des championnats d’Europe à Plovdiv mi-juillet. Pour elle, l’objectif est tout d’abord de réaliser des courses pleines. La finale (dans les 9 premières) est son objectif mais se classer dans le top 12 mondial (soit 3e en finale B) serait déjà satisfaisant. Impressionnante sur le départ, Anaïs peut surprendre ses adversaires.
En biplace, sur 500 m, Eugénie Dorange et Julie Cailleretz voudront poursuivre en Tchéquie leur ascension dans la hiérarchie internationale. 4e en coupe du monde lors d’une première participation fin mai, les deux filles ont poursuivi aux championnats d’Europe (mi-juillet) en obtenant aussi la 4e place, derrière le « noyau dur » composé de la Hongrie, de la Biélorussie et de la Russie). Vice-championnes du monde U23 fin juillet derrière la Biélorussie et devant Cuba (médaille de bronze), elles espèrent entrer en finale où l’on devrait retrouver la Russie, la Chine, la Hongrie, le Canada, la Grande-Bretagne et l’Ouzbékistan, pays auxquels peuvent s’ajouter l’Espagne, l’Allemagne et la Roumanie en plus de la République tchèque et de l’Équateur… Sacré plateau ! Le plus dur sera sans doute d’entrer en finale car après, comme lors des Mondiaux U23, tout est possible. En tout cas, la conviction affichée par les deux Françaises en dit long sur leur ambition.

CANOË MASCULIN : BART ET LEONARD REFONT LEURS GAMMES
En canoë hommes, en l’absence du Boulonnais, Mathieu Goubel qui a pris sa retraite internationale, Adrien Bart et Loïc Léonard seront alignés en biplace sur le 1000 m, seule distance olympique à Tokyo, Adrien doublant en monoplace. Pour eux aussi, il s’agira de prendre place dans la hiérarchie mondiale et de peaufiner les stratégies de course. Le 1000 m ne se court pas comme un 200 m ou 500 m. Seul le 1000 m préparant au 1000 m, c’est l’occasion rêvée de refaire les gammes et d’enrichir l’expérience, notamment pour Adrien Bart, 9e en C1 à Rio, après une finale B très engagée et qui aimerait récidiver.

KAYAK : BAYLE VISE LA FINALE ET BEAUMONT LA MÉDAILLE
 En kayak, Pierrick Bayle, 4e en coupe du monde à Belgrade, sur le K2 500 m avec le Mantais Franck Le Moël et 10e sur le K2 200 m des championnats d’Europe (à 6 dixièmes de la finale A), retrouvera cette même distance du 200 m, avec pour objectif de progresser sur les départs en améliorant la fréquence et la gestuelle. Toujours associé à Franck Le Moël, il visera la finale (a minima le top 12). Toujours en kayak, Maxime Beaumont, vice champion olympique à Rio, et leader de la Coupe du monde, est a priori la meilleure chance de médaille. Il s’alignera aussi avec le K4 500 m.

PROGRAMME (POSSIBLE) POUR LES REPRÉSENTANTS DU PAS-DE-CALAIS

Mercredi 23 août
Cérémonie d’ouverture

Jeudi 24 août matin
Série du C2 dames 500 m pour Julie Cailleretz et Eugénie Dorange
Série du C1 hommes 1000 m pour Adrien Bart
Série du K2 hommes 200 m pour Pierrick Bayle et Franck Le Moël

Jeudi 24 août après-midi
½ finale du C2 dames 500 m pour Julie Cailleretzet Eugénie Dorange
½ finale du C1 hommes 1000 m pour Adrien Bart
½ finale du K2 hommes 200 m pour Pierrick Bayle et Franck Le Moël

Vendredi 25 août matin
Série du C2 hommes 1000 m pour Loïc Léonard et Adrien Bart
Série du C1 dames 200 m pour Anaïs Cattelet

Vendredi 25 août après-midi
Série du K1 200 m pour Maxime Beaumont

Samedi 26 août matin
Finale du C2 dames 500 m pour Julie Cailleretz et Eugénie Dorange 
Finale du C1 hommes 1000 m pour Adrien Bart
Finale du K2 hommes 200 m pour Pierrick Bayle et Franck Lambert

Samedi 26 août après-midi
½ finale du C2 hommes 1000 m pour Loïc Léonard et Adrien Bart
½ finale du C1 dames 200 m pour Anaïs Cattelet
½ finale du K1 hommes 200 m pour Maxime Beaumont
Série et ½ finale du K4 500 hommes 500 m pour Maxime Beaumont

Dimanche 27 août matin
Finale du K1 200 m pour Maxime Beaumont
Finale du C2 hommes 1000 m pour Loïc Léonard et Adrien Bart
Finale du C1 dames 200 m pour Anaïs Cattelet
Finale du K4 500 m pour Maxime Beaumont

Dimanche 27 août après-midi
Cérémonie de clôture

Canoë-kayak : le tiers de l’équipe de France est du Pas-de-Calais

L’Immercurien Adrien Bart (au premier plan) et le Boulonnais Matthieu Goubel, ont sans surprise été retenus en équipe de France pour les compétitions de l’été.- Photo © PVC / Votre Info

La liste des athlètes retenus dans les équipes de France seniors qui disputeront les championnats d’Europe à Plovdiv (Bulgarie) du 14 au 16 juillet 2017 puis des championnats du monde à Racice (République tchèque) du 23 au 27 août 2017, est connue. Six Immercuriens et deux Boulonnais en font partie, soit plus du tiers de l’effectif.
En canoë, l’on retrouve les Immercuriens Adrien Bart, Loïc Léonard et Romain Beugnet, plus le Boulonnais Mathieu Goubel ; les Immercuriennes Julie Cailleretz et Anaïs Cattelet. Les 7e et 8e sélectionnés sont des kayakistes, Maxime Beaumont, le Boulonnais vice-champion olympique et l’Immercurien Pierrick Bayle, dont on souligne la bonne performance en K2 500 m avec Le Moël, en coupe du monde à Belgrade.
Avec un total de 20 athlètes retenus, la direction technique nationale affiche sa volonté de présenter des bateaux dans toutes les épreuves olympiques, d’utiliser les distances non olympiques pour donner de l’expérience internationale à chacun et de constituer des équipages en K2 et K4.
Les athlètes se retrouvent ce  12 juin à Temple-sur-Lot pour un stage qui se poursuivra jusqu’au 23 juin. Après les championnats d’Europe à Plovdiv, les athlètes effectueront un stage préparatoire aux championnats du monde… Puis ils se retrouveront du 7 au 17 août, toujours à Temple-sur-Lot pour le stage final, avant leur départ pour Racice où ils arriveront le 20 août.

Canoë-kayak : Boulonnais et Immercuriens en quête de sélections en équipe de France

9e aux Jeux à Rio et vainqueur du 1000 m de l’International Race, Adrien Bart est l’un des plus sérieux prétendants à la sélection nationale.- Photo © PVC / Votre Info

Les meilleurs céistes et kayakistes français, dames et hommes, des catégories cadets aux seniors se retrouvent à partir d’aujourd’hui (25/28 avril) sur le bassin (que l’on espère olympique en 2024) de Vaires-sur-Marne pour les traditionnels tests de sélection en équipes de France de course en ligne.

Pour les juniors et les seniors, ces épreuves feront office de championnats de France élites ; quant aux cadets, ils se retrouveront pour un challenge national avec au programme un contre-la-montre sur 2000 m et des finales (classiques) sur 500 m.
Pour Olivier Bayle, désormais en charge du suivi de ces catégories jeunes au sein de la fédération, “cette épreuve sera l’occasion pour eux de voir courir les meilleurs Français et mondiaux afin qu’ils mesurent ce qu’est le haut-niveau, et pour le staff fédéral de faire un point sur cette catégorie dans laquelle figurent les seniors de demain !”
Pour ce deuxième grand rendez-vous de la saison, après les championnats de France de fond, le Boulogne canoë kayak présente quatre athlètes tandis que l’ASL Saint-Laurent-Blangy compte sur 18 sélectionnés (25 avec les cadets) et un grand absent puisque Thomas Simart, finaliste olympique, se remet d’une opération à l’épaule… On le retrouvera en 2018. Au delà du physique, le mental et la gestion du temps seront nécessaires pour aborder au mieux les huit courses (avec les séries et les finales) au programme sur les quatre jours.

CHAMPIONNATS DE FRANCE ÉLITE
Canoë hommes sur 200 m, 500 m et 1000 m : Adrien Bart, Romain Beugnet, Loïc Léonard, Frantz Vasseur de Saint-Laurent, Mathieu Goubel et Sylvain Mestre de Boulogne (seniors) ; Mathieu Caupain, Hugo Potez, Benjamin Courbet, Hugo Léonard de Saint-Laurent (juniors)
Canoë dames sur 200 m et 500 m : Anaïs Cattelet, Julie Cailleretz (seniors) ; Élise Lancial, Claire Billau, Flore Caupain, Clémence Leblanc, toutes de Saint-Laurent (juniors)
Kayak hommes sur 200 m, 500 m et 1000 m : Maxime Beaumont de Boulogne, Pierrick Bayle, Jean Sikora de Saint-Laurent-Blangy (seniors) ; Romain Turck de Boulogne, Hugo Renard, Lancelot Tostain de Saint-Laurent-Blangy (juniors).

CHALLENGE NATIONAL CADET(TE)S
Kayak dames :
Léa Éthuin (ASL)
Canoë dames : Flore Caupain et Clémence Leblanc (ASL)
Kayak hommes : Antoine Defosse et Germain Gounand (ASL)
Canoë hommes : Maximilien Lancial et Romain Rosaye (ASL)

Le boulonnais Romain Turck veut intégrer l’équipe de France junior. Après sa récente sur 200m à l’International Race a il est parti se préparer avec les autres jeunes du club, en Normandie.- Photo © PVC / Votre Info

Lyon sans concession pour Hénin

Malgré les 10 buts encaissés, Clara Degor a fait preuve de beaucoup d’autorité et de courage. Photo © PVC / Votre Info

Malgré le brio de leur jeune gardienne Clara Degor sortant avec autorité devant Wendie Renard ou intervenant dans les pieds d’Alex Morgane, les Héninoises ne pouvaient pas faire jeu égal avec des filles de l’Olympique lyonnais, sans concession pour leurs adversaires jouant une demi-finale de coupe de France pour la première fois de leur histoire. Après une demi-heure de jeu, Lyon menait déjà 3-0 et l’on sentait bien que la rencontre allait virer au calvaire.
Menées 4-0 à la pause, les filles d’Alain Delory ont encore plus souffert en seconde période, le danger revenant sans cesse, tantôt sur l’aile droite, tantôt sur l’aile gauche, tantôt plein axe, avec Majri, Hegergerb (quatre buts) qui avait remplacé Le Sommer, auteur des deux premiers buts, et Morgane qui en a claqué quatre.
Le score est sans appel mais les Héninoises se sont toujours battues face à une formation qui alignait son équipe type. Manquait seulement à l’appel, la native de Calais, Claire Lavogez, qui joue peu et qui, souffrante, n’avait pas fait le déplacement.
Reste que maintenant, les Héninoises doivent très vite retoucher terre pour aborder la dernière ligne droite de la saison qui doit leur permettre de remonter fort légitimement en 2e division. Le calendrier leur est favorable mais rien n’est fait car elles doivent impérativement tout gagner pour repasser devant Lillers qui compte deux matchs d’avance.

Les Français sont en forme

CANOË-KAYAK.- Chaque année, l’International Race est l’occasion pour les athlètes français de se tester avant les sélections nationales. Les meilleurs tricolores étaient donc présents ce dimanche sur le bassin de la Liane à Boulogne-sur-Mer avec pas moins de huit athlètes qui ont participé aux Jeux de Rio.

Sarah Guyot, de Tours, a remporté le K1 200m (et le K2 dames seniors) devant Léa Jamelot et Manon Hostens ; Loïc Léonard de Saint-Laurent-Blangy s’est imposé sur le C1 200m devant William Tchamba (un ancien de Boulogne-sur-Mer aujourd’hui à Boulogne-Billancourt) et Adrien Bart, vainqueur du C1 1000 m, s’est adjugé le trophée Jean-Paul Gars.
Côté boulonnais, Maxime Beaumont a montré qu’il est en forme en s’imposant sur le K1 200m, le K1 1000 m et le K2 200m avec Quentin Bonnetain. Mathieu Goubel, 2e en C1 1000m, 2e  avec Sylvain Mestre sur le C2 200m et 4e en C1 200m, est toujours dans le coup. Belle performance enfin pour le jeune Romain Turck qui remporte la médaille d’or sur le K1 200m juniors et se rapproche de l’équipe de France.
Saint-Laurent-Blangy s’est également montré à son avantage. Outre Loïc Léonard et Adrien Bart déjà cités, l’on retiendra la razzia des filles dans les épreuves de canoë, s’adjugeant les C1 Juniors 500 m et 200 m (triplé Lancial, Caupain, Billau dans les 2 courses), les C2 juniors sur 500 m (doublé Caupain/Leblanc devant Billau/Lancial), les C1 seniors avec Cailleretz devant Cattelet sur 500 m et Cattelet devant Cailleretz sur 200 m. Alors que Romain Beugnet/Adrien Bart et Loic Léonard/Frantz Vasseur se contentaient des 2e et 3e places du C2 1000 m derrière les Moldaves Nuta/Sprincea, Mathieu Caupain empochait les médailles d’or du 1000 m et du 200 m. En kayak, l’on retiendra la médaille de bronze du junior Hugo Renard devant Lancelot Tostain, 4e sur 1000 m.

Tous les résultats en cliquant ici

17e Touquet Raid – Pas-de-Calais

Le canoë est un incontournable des raids multisports.- Photo © KBO

Le Touquet Raid Pas-de-Calais se déroulera ces samedi 8 et dimanche 9 avril. 206 équipes adultes et 64 équipes jeunes sont inscrites.

Cette 17e édition accueillera les Championnats de France de raid multisports jeunes 14-15 ans et 16-19 ans qui s’annoncent très disputés avec des équipes du Vaucluse, de l’Ardèche, etc. Cette année le tracé est concentré sur le Touquet et les alentours (Stella, Cucq, Trépied, Brexent-Énocq et Étaples). De jolis moments sont à prévoir sur la plage du Touquet, dans le bois de Rombly ou en canoë sur la Canche. De nouveaux supports cartographiques, seront disponibles pour les compétiteurs, notamment des cartes de CO. Des choix stratégiques, des bols d’air iodé à volonté et des rencontres avec les habitats de la baie de Canche et ses phoques… sont au programme.
Les compétitions mettront aux prises des équipes de deux personnes qui auront à effectuer du Trail (course à pied), de la course d’Orientation, du VTT, du canoë, du roller avec un parcours d’environ  90 km sur 2 jours pour les adultes, ouvert à tous (à partir de 16 ans). Les épreuves de jeunes se déroulent sur des parcours de 21km à 60 km selon les catégories.

Où voir les compétiteurs ?
Samedi 8 avril
10 h: plage du Touquet au niveau de l’Aqualud, départ course jeune et championnat de France de raid jeunes fftriathlon
De 13h à 17h, arrivée des différentes équipes jeunes place du Centenaire au Touquet
18h30: remise des prix, palais des sports Paul-Olombel, avenue Sanguet au Touquet
21h: plage du Touquet au niveau de l’Aqualud, départ course adulte
A partir de 22h30 : arrivée des différentes équipes adultes place du Centenaire au Touquet

Dimanche 9 avril
8h30: plage du Touquet au niveau de l’Aqualud départ course adulte (2e étape)
Dès 10h et plusieurs fois sur leur parcours, place du Centenaire au Touquet
Canoë entre 10h et 14h, base Nautique nord du Touquet
A partir de 13h : arrivée des différentes équipes adultes place du Centenaire au Touquet
A17h30 : remise des prix, palais des sports Paul-Olombel.

Huit athlètes olympiques et cinq nations sur le bassin de la Liane

Récent médaillé de bronze des championnats de France de fond en C2 avec Mathieu Goubel, Sylvain Mestre sera l’un des principaux atouts boulonnais.- Photo © PVC / Votre Info

L’International Race est un des rendez-vous incontournables du canoë-kayak en France ! Le Boulogne Canoë Kayak organise la 38e édition le week-end des 8 et 9 avril 2017.
Cette année, le stade nautique de la Liane aura l’honneur d’accueillir 8 olympiens ! Évidemment, le Boulonnais Maxime Beaumont, vice-champion olympique, sera présent mais aussi Léa Jamelot, Manon Hostens et Sarah Troël du K4 dames 500m, Sarah Guyot qui a fini 5e en K1 200m et Adrien Bart du club de Saint-Laurent Blangy. Martin Farineaux et Rémy Boullé de l’équipe olympique de paracanoë courront également le dimanche.
Les différentes nations représentées seront les Moldaves, Belges, Tunisiens et Géorgiens au regret des Turcs et Marocains qui seront sur la Coupe d’Afrique. Au programme, plus d’une centaine de courses sur 200, 500 et 1000 m qui sont les distances olympiques du canoë-kayak en ligne.
Outre les médaillés olympiques plus d’une vingtaine d’internationaux de la saison 2016 seront présents. L’occasion pour eux de s’étalonner à un mois des sélections nationales oragnisées à Vaires-sur-Marne. Les douze Boulonnais engagés et emmenés par leurs internationaux Mathieu Goubel et Maxime Beaumont, auront donc fort à faire.
Le trophée du C1 1000 m en hommage à Jean Paul GARS, fondateur du club sera remis en jeu. Verdict dimanche vers 12h30. Les séries auront lieu le samedi 8 avril de 9h à 18h et les finales le dimanche 9 de 9h à 16h.

Football : l’exploit pour les Héninoises en coupe de France

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tout le juste le temps de s’asseoir en tribune que Camille Lewandowski s’engouffrait dans une brèche sur la droite et ouvrait le score pour Hénin-Beaumont face à Soyaux. Pour les Artésiennes, le rêve de pouvoir accéder à une demi-finale de la coupe de France de football prenait corps… mais il restait quand même toute une rencontre à jouer.
Chacun pouvait alors s’attende à voir des Charentaises piquées au vif, promptement réagir. Fort justement, celles-ci ne se sont pas affolées, cherchant à poser leur jeu, à prendre la main progressivement… Sauf que face à une équipe très volontaire, elles éprouvaient du mal à trouver des espaces libres pour se montrer dangereuses et s’exposaient aux contres percutants d’une Lewandowski très présente sur tout le front de l’attaque héninoise, sachant alterner son jeu, partant seule ou distillant judicieusement des ballons à ses partenaires Tant et si bien qu’à la mi-temps, Hénin-Beaumont  conservait son avantage, finalement assez logiquement, alors que le doute s’installait dans le camp de Soyaux qui effectuait déjà des changements.
Clairement, la seconde période a été à sens unique. Soyaux a multiplié les attaques, obtenu de multiples corners, des coups francs dangereux aussi, mais un manque évident de réalisme permettait à Hénin qui pouvait compter sur une Degor irréprochable dans les buts, de retarder sans cesse l’échéance… Et lorsque celle-ci fut sauvée par sa transversale, l’on se prenait à rêver dans les tribunes du stade Birembaut. Hénin ne pouvait pas perdre. « Maintenant, c’est dans les têtes » clamait Alain Delory, l’entraîneur héninois qui savait pouvoir compter sur un groupe solidaire opposant alors une défense héroïque avec des filles qui affichaient parfois le sens du sacrifice. Et c’est allé ainsi jusqu’à la fin du temps règlementaire, puis au fil du temps additionnel, interminable mais justifié compte tenu des nombreux arrêts de jeu (blessées et changements), et finalement jusqu’au coup de sifflet libérateur.
Hénin-Beaumont, équipe d’interrégionale sortait Soyaux, pensionnaire très honorable de la D1. Un authentique exploit, peut-être la plus belle page de l’histoire du club qui a pourtant lui aussi joué au plus haut niveau. En tout cas, une demi-finale de coupe de France est une première pour Hénin qui espère bien retrouver très vite l’échelon national. Mais avant cela, il faudra recevoir l’Olympique lyonnais et sa kyrielle de vedettes pour une demi-finale qui ne pourra être qu’une grande fête (le 16 avril).- Philippe Vincent-Chaissac / Votre Info

Le N°19 de Sport 62, sorti d’imprimerie

Le n°19 de Sport 62 édité par le CDOS du Pas-de-Calais en collaboration avec Votre Info, est sorti d’imprimerie.

A la une : les filles du foot d’Hénin-Beaumont qui disputent ce dimanche un ¼ de finale de Coupe de France contre Soyaux et font l’objet du Portfolio avec leurs homologues de Calais, Lillers et Arras qui ont disputé les 16e de finale de cette même compétition.
Autre morceau de choix : la réforme territoriale qui implique la création de ligues et de comités régionaux à l’échelle des Hauts de France et bien souvent toute une réorganisation des compétitions. La natation, l’escalade, l’athlétisme (avec le 1er championnat des Hauts-de-France de cross-country), le basket-ball… sont autant d’exemples de ce qui a été ou va être fait. Et dans ce contexte, d’aborder le rôle du comité départemental olympique et sportif.
Le Portrait est consacré au char à voiliste de Camiers, Olivier Imbert, champion d’Europe et le Rencontre, à une discipline pas très connue : l’endurance équestre.
La Vie des comités met l’accent sur celui du parachutisme avec ses « miss sous voile », et sur celui du sport en milieu rural qui a un nouveau président avec Jacques Bocquet.
Le News of permet d’avoir quelques nouvelles d’une gymnaste un peu tombée dans l’oubli alors qu’elle faisait de l’ensemble France ayant terminé 4e des Jeux olympiques d’Atlanta en 1996 : Frédérique Léhon.
La Vie pratique met l’accent sur la randonnée avec des questions liées au balisage des sentiers et un problème qui concerne les adeptes de la marche en forêt : la chalarose.
Enfin dans les pages podium et de brèves, l’on parle de boxe, de badminton, d’athlétisme, de moto, de tennis, de cyclisme, de judo…
Les abonnés recevront leur magazine dans les prochains jours. On peut aussi se le procurer gratuitement en se rendant au Cdos, maison des sports, à Angres ou à Votre Info, 22 rue Noémie-Delobelle à Burbure.