Jacques Secrétin

Photo © PVC

le 18 mars 1949 à Carvin
Domicilié
à Tourcoing (Nord)
Club actuel :
Lys-lès-Lannoy
Profession :
professeur de sport à la FFTT

L’humain d’abord… Au risque d’être accusé de reprendre un slogan politique, c’est pourtant bel et bien ce qui ressort d’un entretien avec Jacques Secrétin, immense champion qui aura marqué son époque mais aussi réel ambassadeur du sport français, partout dans le monde.
Le destin de Jacques Secrétin est celui d’un fils d’instituteur, adepte de la technique Freinet, allant à l’encontre des consignes de la hiérarchie de l’Éducation nationale. L’enfant avait le choix… Et lorsque Jacques s’est saisi pour la première fois d’une raquette de tennis de table, ce fut de la main gauche… À une époque où il fallait obligatoirement être droitier. « C’était à l’école de Dannes, se souvient-il… Mon destin était tracé ! » Souvent à la marge, à contre-courant.
À 8 ans, Jacques Secrétin était déjà repéré et partait en stage ; il jouait avec les grands. Il remportait le championnat d’Angleterre à 11 ans ; devenait champion de France senior à 15 ans et demi… Un gamin dans un monde d’adultes promis à une immense carrière de pongiste… « Pourtant j’ai toujours préféré le foot ». Il a même été approché par Élie Fruchart, l’entraîneur de Lens à l’époque… « Mais j’ai choisi les voyages ». Et il en a visité des pays. Sous le maillot de l’équipe de France et grâce à un spectacle, un show, créé avec Vincent Purckart, qui a largement contribué à sa célébrité.
Parce qu’à l’époque le tennis de table n’était pas parmi les sports les plus en vue dans l’hexagone. À l’insep où il côtoyait des gens comme Jazy ou Accambray, il dit avoir dû se battre pour se faire respecter. « C’est là que je me suis rendu compte que je devais gagner des médailles ». Alors il a travaillé dur pour être le meilleur. 117 médailles d’or, 43 d’argent et 77 de bronze sous le maillot de l’équipe de France à qui il a aussi rapporté 7 titres de champion d’Europe et 1 titre de champion du monde, en double mixte avec Claude Bergeret. Son dernier grand rendez-vous international fut un championnat du monde en 1986 à Bombay. Deux ans plus tard, le tennis de table entrait aux Jeux olympiques… « J’avais encore le niveau pour y aller, mais je n’avais plus envie de m’entraîner, mon cerveau disait assez ». Mais l’homme, fidèle aux convictions héritées de ses parents, n’a pas tourné le dos à son sport, affichant alors un maître mot : la transmission ! Entraîneur, il a remporté quatre coupes d’Europe avec l’équipe de France et sept coupes d’Europe des clubs champions avec Levallois-Perret : « des moments exceptionnels ! ». Et tout cela, en continuant à jouer. Il y a quelques années, il portait encore le maillot de Béthune, le BBF, pour qui il avait un grand projet. « Je pensais terminer là ma carrière… »… Visiblement une déception qu’il est allé cacher dans le Nord, du côté de Tourcoing où il habite aujourd’hui, et plus encore à Lys-lès-Lannoy, actuellement l’un des tout meilleurs clubs français. Toujours pas retraité, entraîneur national,  il est encore au ministère des Sports et intervient fréquemment dans les prisons… Sans oublier, à l’occasion, de jouer et de se produire en spectacle… Un show qui lui permet encore de voyager, comme au bon vieux temps.
Finalement hormis ce palmarès inégalable, ce que Jacques Secrétin retient peut-être le plus de sa carrière ce sont ses voyages, plus pour les rencontres qu’il a faites, que pour les paysages… Allant jusque dans les contrées reculées de l’Afrique où il a parfois côtoyé la misère… « Dans la vie, le plus important n’est pas l’argent, ce sont les valeurs qu’il faut transmettre, celles de la famille, du travail…  La liberté passe par le travail, dit-il… Et la vraie communication, c’est celle de la rencontre et du direct ». Des propos encore un peu à contre-courant. Comme le bénévolat à qui il faudrait redonner tout son sens, celui que prônaient les Delassus, le père et le fils, Roland et Jean-Luc, qui ont longtemps porté le club d’Auchel. Moment d’émotion… « Jean-Luc [décédé il y a quelques mois] a été mon directeur technique national ».- PVC/Septembre 2014

Palmarès
Champion du monde en double mixte en 1977
Sept titres de champion d’Europe (un titre individuel en 1976)
495 sélections en équipes de France
61 titres de champion de France (simple, double messieurs et double mixte)
Meilleur pongiste français du xxe siècle
Chevalier de la Légion d’honneur
33 salles à son nom

Clubs successifs :
Dannes-Camiers,
AS Messine-Paris,
Kremlin-Bicêtre,
Levallois-Perret,
Pontoise, Béthune et Lys-lès-Lannoy

Jacques Secrétin et Claude Bergeret en septembre 2014, à Beuvry-la-Forêt.- Photo © PVC

Jacques Secrétin et Claude Bergeret en septembre 2014, à Beuvry-la-Forêt.- Photo © PVC

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :